Vous êtes ici : A qui s’adresse la défiscalisation ? Qui peut en profiter ? > La défiscalisation financière > Comment choisir son conseiller fiscal ?

Comment choisir son conseiller fiscal ?

Comment choisir son conseiller fiscal ?

Le choix d’un conseiller fiscal ne se fait pas à la légère. En effet, ce professionnel prend toutes les mesures pour faire fructifier vos économies.

Vous souhaitez faire appel à un conseiller fiscal suite à un héritage, pour préparer votre succession ou encore vous constituer un complément de retraite ? Voici nos conseils pour bien choisir cet expert.

Quel est le rôle du conseiller fiscal ?

Le conseiller fiscal a pour rôle d’orienter les particuliers et entreprises vers les solutions les plus efficaces pour réduire leurs impôts, tout en restant dans la légalité. Pour cela, il doit examiner le patrimoine de son client pouvant être composé de biens immobiliers ou professionnels et de produits financiers. Ce professionnel doit ainsi justifier de nombreuses compétences pour exercer un métier où se croisent les mondes de l’immobilier, de la finance et de l’assurance.

Préparer sa retraite, faire des choix pertinents en matière d’investissement, optimiser sa feuille d’impôts ou anticiper sa succession… Le conseiller fiscal s’adapte aux projets de ses clients et les accompagne sur le court, moyen ou long terme. Pour répondre aux attentes des contribuables, il doit impérativement être à leur écoute et tenter de comprendre pleinement leur situation.

Les critères pour bien choisir son conseiller fiscal

Le marché de la gestion de patrimoine est large et le choix du bon interlocuteur n’est pas aisé. Voici quelques critères à observer pour bien choisir son conseiller fiscal.

Faire appel à un professionnel agréé

S’il n’existe pas de définition légale du conseiller fiscal, certains indices peuvent vous aider à jauger son sérieux. D’abord, le spécialiste doit obligatoirement adhérer à une des quatre associations professionnelles agréées par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Fuyez ceux qui ne sont pas immatriculés à l’ORIAS, le registre unique des intermédiaires en Assurance, Banque et Finance.

Vérifier la nature de ses prestations

Un bon conseiller fiscal doit recommander des placements adaptés aux attentes de son client mais aussi organiser son patrimoine pour une optimisation juridique et fiscale. Pour mener à bien ses missions, il s’appuie sur l’expertise d’autres professionnels comme les notaires, les experts-comptables et les avocats fiscalistes.

S’assurer de l’indépendance du conseiller

Chez certains acteurs, les conseillers sont salariés et proposent des produits sélectionnés par appels d’offres auprès de plusieurs sociétés de gestion. Toutefois, tous les professionnels n’ont pas adopté cette pratique et quelques-uns continuent de commercialiser des produits de leur maison mère. L’indépendance du conseiller fiscal représente ainsi un point important à observer.

Analyser son mode de rémunération

Ces professionnels sont parfois rémunérés par les commissions que leur reversent les promoteurs des produits qu’ils vendent à leurs clients. Celles-ci s’élèvent en moyenne à 5 % sur l’immobilier et sont comprises entre 1 et 2 % pour l’assurance-vie. Il est recommandé de privilégier les conseillers qui pratiquent des frais fixes afin d’éviter d’éventuels conflits d’intérêts.

De manière générale, vous devez pouvoir nouer avec votre conseiller fiscal une relation de confiance dans la durée. Dès lors, il est essentiel de prendre le temps de bien choisir cet intermédiaire.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Simulateur de défiscalisation
En moins de 3 minutes, découvrez les meilleurs programmes. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : YrA9qp

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers